Cultiver la pomme de terre…en quelques mots.

La pomme de terre n’est ni un fruit, ni une racine, c’est un tubercule, c’est-à-dire une excroissance de racine qui contient les réserves nutritives d’une plante.

En l’observant de près, on peut voir des petites marques  » les yeux » d’où jailliront des germes qui deviendront tiges sortant de la terre, et racines sous terre sur lesquelles enfleront de nouveaux tubercules.

Fermiers plantant des pommes de terre - Vincent Van Gogh

C’est au printemps que l’on met en terre les plants de pommes de terre. C’est en fait un tubercule germé. Mais la plupart du temps, il n’est pas recommandé de planter une des pommes de terre germée de la récolte précédente. En effet, la pomme de terre est  fragile et facilement attaquée par les parasites et maladies comme le mildiou et les doryphores. Une façon d’assurer un meilleur rendement est donc de se fournir en plants « neufs », certifiés exempts de maladies. (Cependant, dans les pays en developpement, l’agriculteur selectionne et stocke 5 à 15% se sa propre récolte comme plants futurs).
L’environnement dans lequel s’épanouiront les tubercules a son importance également, tant en terme de rendement qu’en terme de saveur gustative à espérer.

Lorsque le feuillage sort et atteint une certaine hauteur (environ 20cms), il est temps de « butter », c’est-à-dire de faire une petite butte tout le long du sillon, construisant ainsi une isolation pour les tubercules naissant sous terre et évitant le développement de la chlorophylle qui s’effectue sous l’effet de la lumière. C’est pourquoi des pommes de terre exposées à la lumière deviennent vertes. Or, une pomme de terre verte serait impropre à la consommation, tout comme le sont les tiges et feuilles des plants de pommes de terre en surface, car… pour se défendre des champignons et insectes, elles contiennent des niveaux élevés d’éléments toxiques appelés glycoalcaloïdes ( solanine et chaconine). Les glycoalcaloïdes se trouvent normalement en petite quantité dans le tubercule, et sont essentiellement concentrés juste sous la peau. On les retrouvera également dans les germes qui sont donc également toxiques.

Suivant les régions, un arrosage plus ou moins important sera à envisager pendant l’été et c’est en automne, lorsque les feuillages sont fanés, que s’effectuera la récolte.
La production de pommes de terre sur un pied est très variable, de 250 g à 2 kgs environ.

Il faudra ensuite veiller à les conserver à l’abri de la lumière bien sûr (pour les raisons évoquées plus haut) et à des températures assez basses pour éviter la germination (pour des vraies pommes de terre non traitées anti-germe bien sûr !).
Dans de bonnes conditions, elles pourront encore être consommées durant tout le printemps suivant.

Maintenant que vous êtes des pros de la pomme de terre, voyez pourquoi les nôtres sont « top » en visitant notre activité pommes de terre. et découvrez nos variétés sélectionnées pour leur saveur.

….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :